Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2005 5 01 /04 /avril /2005 00:00

 

 

 

 

 

 

LES PAPILLONS DE NUIT

Description

 

Les papillons sont des insectes


 

Ordre des Lépidoptères , qui regroupe tous les papillons .


On les divise en deux groupes:


1) Rhopalocères (papillon de jour)
2) Hétérocères ( papillon de nuit )

 

Les Hétérocères sont des insectes de mœurs nocturnes, revêtent plutôt des couleurs ternes.

Au repos ils ont les 2 paires d' ailes plaquées à plat ou en forme de toit.

Le corps des papillons se divise en 3 parties,la tête, le thorax, et l'abdomen.

 

 

La tête comprend :
2 yeux composés

2 ocelles
2 antennes
2 palpes labiaux
1 spiritrompe, lorsqu' elle est présente

 

Le thorax comprend :
2 paires d'ailes
3 paires de pattes

 

Les 2 paires d' ailes sont membraneuses et couvertes de minuscules écailles, qui donnent aux ailes les couleurs et les dessins.
Lorsqu' on veut saisir un papillon avec les doits, ces écailles se détache comme une fine poussière diaprée.
Les 2 antennes sont filiformes ou pectinées, et ne se terminent que très rarement en  massue .

Mais il y a des exceptions:

Les Zygènes ont une activité diurne, avec une livrée vivement colorée et des antennes avec l' extrémité renflée.

 

GROS PLAN SUR LE CORPS D' UN PAPILLON


 

Les pièces buccales ont la forme  d'un tube nommé spiritrompe, leur permettent d' aspirer le nectar des fleurs et d' autres substances liquides.
Au repos la spiritrompe est enroulée sous la tête comme un ressort spiral.

 

On peut voir chez certaines espèces des pièces broyeuses pour malaxer le pollen. 

 

GROS PLAN SUR LA TETE VUE DE FACE

Chez de nombreux Hétérocères elle fait défaut, donc ils ne se nourrissent pas à l' état imaginal.



Les Hétérocères pondent leurs œufs habituellement directement sur la plante-hôte.
Aprés éclosion des œufs, on peut voir les chenilles presque toutes phytophages, elles se développent sur les plantes et se nourrissent principalement des feuilles.
Après 3 ou 4 mues, la chenille, parvenue à maturité se transforme en chrysalide, puis celle ci en papillon.

Nombreuses espèces d' Hétérocères hivernent à l' état de chrysalide, d' autres en l' état de chenilles et quelques espèces en papillons.

 

Cliquez ici pour voir la galerie photo des papillons de nuit

 

 

 

 

 

 

 RETOUR PAGE D'ACCUEIL

Partager cet article

Published by webmaster - dans lemondedesinsectes
commenter cet article

commentaires

Régis 24/09/2006

Sommes-nous des antennes ? Notre cerveau est une antenne !
 

Commençons par une petite observation des antennes de télé. Pas besoin d’être spécialiste. Les plus anciens, se souviennent des grandes antennes, dites VHF. C’était les premières années de la télé. Ensuite sont arrivés des modèles plus petits (UHF). Chaque région avait son style. Le « râteau » était plus ou moins grand, horizontal, vertical… Les antennes sont polarisées. En fin de compte ne peuvent communiquer que les antennes qui se ressemblent. Avez-vous fait le lien avec la structure des antennes des insectes ? Chaque espèce possède des antennes caractéristiques. Mais c’est un autre sujet d’étude.
 

Passons à une autre observation : Le micro-onde agite les molécules d’eau et ainsi réchauffe la nourriture qu’il contient ! Les ondes et la matière sont étroitement liées. Il en va de même avec le magnétisme entre votre corps et les appareils médicaux à RMN (Résonance magnétique nucléaire).
 

C’est pareil pour le cerveau. Il émet des ondes, mais surtout il est en même temps sa propre antenne !
 

Les observations du cerveau démontrent que l’activité de ses différentes zones dépend de ce que nous sommes en train de faire… dormir, manger, courir, penser… Les zones activées constituent une forme caractéristique de ce qui sommes en train de faire. Par les ondes qu’elle émet, cette forme plus existée peut entrer en communication avec des formes identiques se trouvant sur la même longueur d’onde. Peut-on parler de syntonie ?
 

On pourrait imaginer que les zones actives fonctionnent en émetteur alors que leur image complémentaire, les zones passives, sont limitées au rôle de récepteurs.
 

La personne change d’activité. L’image des zones actives du cerveau change aussi. L’antenne change de forme. Elle rentre en liaison avec les personnes offre une la même image d’antenne cérébrale… et peut-être le même activité physique.
 

Belle hypothèse pour revisiter quelques principes des sciences humaines. Votre avis sur : http://spesaltera.canalblog.com/